Thèmes

belle bonne douceur femme jeux merci moi nuit pensées sourire vie

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· Ma soumise de rêve
· La masseuse
· Un fantasme réalisé
· Le sex-shop
· La nouvelle

· Le gynécologue
· Le CV
· La cliente de taxi
· Une femme surprenante
· Histoire à deux mains
· Ma partenaire de danse
· Viste à domicile
· À la plage
· Bain de soleil
· Pendant que tu lis l'histoire.......

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· Pour des photos d'une rousse!


Statistiques

Date de création : 28.04.2009
Dernière mise à jour : 01.04.2014
37 articles


Le gynécologue

Publié le 22/01/2010 à 19:41 par luxurieux
Je fais mon métier avec attention depuis un bon bout de temps. Pour plus de 95% de la clientèle je suis le bon médecin gentil, attentif et professionnel qui leur faut. Je ne me souviens plus comment c’est arrivée la première fois. Sauf que mes clientes « spéciales » me rappellent son nom à chaque fois. C’est le mot de passe, chacune me demande gentiment de leur faire le traitement spécial de Madame Gina Dupont.
Cet après-midi là, Madame Fournier arriva à mon bureau. Elle avait une assurance hors du commun et cela me charma au plus au point. Elle était grande et avait une poitrine des plus désirables. Malgré mon habitude à voir des femmes nues, cette poitrine semblait me crier de venir l’embrasser et la caresser. Elle me regarda droit dans les yeux et elle avait un sourire malicieux.
- Vous savez que vous êtes bel homme ?
- Vous êtes gentille mais vous me gênée
- Faut pas, ça fait changement des vieux moches que j’ai rencontré dans les cabinets de docteurs.
- Mais l’un ou l’autre, l’important c’est d’être professionnel
- Je voulais juste vous dire que ça me mets plus à l’aise.
On s’installa et comme chez tout gynécologue, les femmes n’étaient pas très a l’aise dans cette position, cependant, j’ai toujours raffolé de voir leurs jambes dans les étriers, toute offerte à moi. Je commençai par faire une vérification externe et avec l’aide de mes doigts j’examinai les lèvres. Elle s’inonda dès les premières secondes et en pleurant me demanda de lui faire le traitement spéciale de et là ce sont ses mots : « Chose là Dupont vite j’en peux plus depuis si longtemps ». J’étais estomaqué par cette demande fait dans les pleurs. Comme pour se déculpabiliser elle me raconta son histoire pendant qu’avec mes doigts je lui caressais les lèvres. Son mari était très malade et elle ne voulait pas aller voir ailleurs et elle avait peur que son mari le sache et que moi je devais rester secret et en plus me dit-elle en arrêtant de pleurer et en retrouvant son sourire malicieux, c’était un vieux fantasme de se faire baiser par un beau gynécologue comme moi.
C’était vraiment une femme aux très nombreux désirs refoulés car elle était complètement trempée et elle réagissait à chaque touché. J’aime les femmes qui mouillent beaucoup cela me donne terriblement faim. Ma bouche est allée la goûter avec grande appétit. Lorsque ma langue est allée à la rencontre de sa chatte elle eut un mouvement de bassin et un cri de contentement. Elle goutait si bon, que ma langue lui léchait toute la chatte de bas en haut en terminant sur son clitoris. Petit clitoris que je commençais à enrouler de ma langue, je le suçais gentiment et j’accélérais le rythme à chaque fois que ses gémissements se faisaient de plus en plus forts. Elle avait les jambes bien écartées et je pouvais ainsi entrer ma langue profondément dans la chatte et faire de petits va et vient délicieux.
La vilaine était aux anges et elle avait déboutonné sa blouse et se caressait les seins. Je n’en pouvais plus de leurs résister et j’allais les embrasser à leur tour. Ils étaient ronds et assez gros pour mon contentement. Elle aimait tellement ça qu’elle en ronronnait de bonheur et mes doigts continuaient de la masturber. Elle n’en pouvait plus et sorti ses pieds des étriers et se leva debout. Comme affamée elle se mit à genoux, me sorti la queue et l’avala profondément d’un seul coup et me suça avec vigueur. La salope alla jusqu’au fond de sa gorge et se masturbait en même temps. Ma queue était dure et chaude dans sa bouche. Je la pris par les cheveux pour la diriger, je lui baisais littéralement la bouche. La salive lui coulait sur le menton et elle en était encore plus délicieuse, une vraie salope en chaleur. Je la couchai de nouveau sur la table d’osculation car son miel de désir l’avait inondé de plus belle.
Je lui écartai les cuisses et ma bouche et ma langue la léchaient de nouveau. Son anus mouillé me tenta trop et ma langue alla lui lécher. Elle en était plus qu’excitée et me priait de lui faire tout ce que je voulais, qu’elle voulait être ma meilleure patiente à vie. Ma langue s’activa sur son anus pendant que deux puis trois doigts lui pénétra la chatte. Elle gémissait de plus en plus fort puis elle arrêta pour sortir dans un orgasme puissant. Quand j’arrêtai elle avait encore de légère convulsions et un sourire coquin. Elle se leva mis son cul bien en évidence face à moi et, en écartant les fesses de ses mains, me supplia de venir la défoncer.
Je commençai par sa chatte, qui à grand coup de bassin on pouvait entendre ses fesses claquer sur moi. Je lui pris les seins dans mes mains et en faisant rouler ses mamelons entre mes doigts et en les pinçant de temps en temps, je l’amenai de nouveau au bord de l’orgasme. Je m’amusais à alterner la vitesse, tantôt fort et vite tantôt lentement et profondément pour éviter l’orgasme et faire monter son plaisir pour la faire exploser encore plus fort. Elle avait les cuisses toutes mouillées et je lâchais un sein pour lui masturber le clitoris et la faire exploser à nouveau. Avant qu’elle reprenne son souffle je lui écartais les fesses et la pénétrais dans l’anus. La cochonne en avait tellement envie qu’elle donnait elle-même des coups de basin pour que ma queue lui défonce plus violement le cul. Je la baisais de plus en plus fort ma queue gonfla encore plus en elle tellement il était bon de la voir se plaindre de plaisir.
Lorsque je n’en pouvais plus je sortis de son anus ma queue et la força à se mettre à genoux pour éjaculer sur son sourire pervers et ses seins. Elle était encore plus belle et désirable ainsi habillée de mon sperme que la plus pornographique des actrices de films xxx. Pendant qu’elle reprenait son souffle, j’allais me laver et quand je revenu ma belle voulu prendre un rendez-vous d’avance. Elle était déjà à quatre pattes sur la table et bougeait son cul indécemment. Nous étions reparti pour une baise torride et à chaque coups de bassins en lui tenant les cheveux je lui frappa les fesses de ma main en la traitant de salope et de chienne en chaleur, ce à quoi elle répondait oui docteur je le suis pour vous, je le suis à nouveau grâce à vous. Elle était bonne et de la voir ainsi ravie d’être baisé comme une libertine qui réussit à corrompre le gentil docteur de ses charmes. Je crois que cela la rendait encore plus vicieuse. Je voyais ma queue s’enfoncer et disparaitre dans sa chatte et au même moment l’entourait et de ses muscles semblait vouloir la garder en elle. Pour me terminer et comme si elle voulait me remercier elle venant me faire une fellation.
Elle m’envoya au 7e ciel avec sa bouche qui me suça divinement et avalant le sperme lorsque j’éjaculai. Elle sorti du bureau en se léchant le sperme sur ses lèvres en demandant un prochain rendez-vous à la secrétaire et me faisant un clin d’œil


Commentaires (1)

Magnolia le 06/04/2010
J'espere que la secrétaire n'est pas en reste!


Ecrire un commentaire


DERNIERS ARTICLES :
Presque un threesome
Elle était belle ainsi couchée. Comme à ma demande, elle était nue sur le ventre, les bras allongés vers la tête de lit, les mains reliés ensemble. Elle avait un bandeau
suite 2e partie
La langue caresse tes grandes lèvres et savoure ton miel qui s'y trouve. J'aime sentir que mes jeux t'excitent et que tu mouilles énormément. Il est si bon de sentir l'ef
Un retour
Les images défilent et se bousculent dans ma tête à l'imagination trop fertile et lubrique. Je te vois couchée sur un lit, les mains attachés au dessus de ta tête et les
La bibliothécaire partie I
Catherine a toujours ri des blagues sur son métier. Bibliothécaire, vous ne pouvez vous imaginer le nombre de fois qu’elle a fait semblant de rire aux blagues à teneur
Étrusque inc. II
Lundi 14h00 Chloé entra dans mon bureau. Elle s’assit et je lui demandai comment ça allait au travail. Elle me répondit que oui que tout allait bien, elle ne semblait p
forum